Autors:

CiteWeb id: 18240000068

CiteWeb score: 0

Fait part de ses "observations" critiques sur le projet du nouveau directeur des Beaux-Arts visant a etablir un concours impose aux compositeurs francais. Boieldieu espere "qu'il est peut-etre encore possible d'apporter quelques modifications a ce nouveau reglement." Admet que la mesure puisse faire "faire naitre l'emulation parmi les litterateurs", mais doute qu'il en soit ainsi pour les musiciens. Insiste enfin sur « une autre consideration d'amour propre national », a savoir que ces mesures ne concernent que les auteurs francais, et que les etrangers pourront jouir de tous les avantages qui leur seront desormais otes. Ainsi « M. Rossini a contracte l'engagement de composer un grand opera pour l'Academie royale de musique et je suis le premier a desirer voir son beau talent se deployer sur la scene francaise .[…] Quelle sera notre humiliation […] en voyant M. Rossini comble d'avantages pecuniaires si disproportionnes avec les faibles retributions que nous recevons meme dans la chance des plus grands succes, et joindre a tous ces avantages celui d'etre seul exempt du concours impose aux compositeurs francais ! ». - La lettre comporte des annotations au crayon qui sont probablement celles du destinataire

The publication "[1 lettre de François-Adrien Boïeldieu au vicomte de La Rochefoucault, 27 novembre 1824] (manuscrit autographe)" is placed in the Top 100 in 1824.
Links to full text of the publication: